Sera-t-il toujours gai de voguer sur le lac Ahémé ? |Will it be cheerful to sail on Lake Aheme again?

En Afrique de l’Ouest et plus particulièrement au Bénin, presque personne n’ignore la célèbre chanson de l’artiste chanteur-compositeur GG Vikey (1944-2013) : « Sur le lac Ahémé » composé en 1963. Il ne s’agira pas ici de présenter cette chanson, mais le sujet principal de cette belle mélodie, le lac Ahémé.

Situé au sud-ouest du Bénin, le lac Ahémé est un écosystème aquatique couvrant 85 km² (c’est le second plus vaste plan d’eau du Bénin après le lac Nokoué qui s’étend sur 150 km²). Long de 24 km, il est en moyenne large de 3,4 km pour une profondeur maximale de 2,35 m.

Aheme

Le lac Ahémé |Aheme lake

Selon Eco-Bénin (une organisation non gouvernementale active dans la zone, le lac Ahémé abrite 71 espèces de poissons, soit 67 % de la diversité de la faune ichtyologique des zones humides de la partie méridionale du Bénin. En outre, on y recense une grande diversité d’oiseaux locaux et migrateurs [canards d’eau, poules d’eau, hérons] dont le pélican gris [Pelecanus rufescens] qui est une espèce en danger d’extinction au Bénin. Par ailleurs, une récente enquête effectuée au début de 2017 par le Laboratoire d’Écologie Appliquée de l’Université d’Abomey-Calavi a permis de recenser la présence de : plusieurs espèces de reptiles [crocodiles, varans, serpents, tortues], quelques mammifères [hippopotames, sitatunga, mona, vervet, des petits carnivores]. Côté flore, l’Ahéme, du fait de sa salinité favorise le développement des deux espèces clés de palétuviers que compte le Bénin : le palétuvier rouge [Rhizophora racemosa] en danger critique d’extinction au Bénin et le palétuvier blanc [Avicennia africana]. Cette biodiversité du lac Ahémé qui ne constitue que la relique d’une diversité passée beaucoup plus grande, fait face ces dernières années à une dégradation rapide et violente qui pourrait conduire doucement à sa disparition.

La biodiversité du lac Ahémé |Lake Aheme biodiversity

Selon une étude menée par trois [3] chercheurs de la Faculté des Sciences et Techniques [FAST] puis de la Faculté des Lettres Arts et Sciences Humaines [FLASH], l’écosystème du lac Ahémé fait face à cinq [5] menaces majeures :

  • la pollution du lac par les pesticides agricoles : les analyses chimiques des eaux du lac effectuées par sept [7] chercheurs de l’Université d’Abomey-Calavi ont révélé la présence du phosphate [0,63 mg/L], du plomb [26,25 mg/kg], du zinc [170 mg/kg], l’arsenic [29 mg/L] ;

Pollution

Pollution sur les berges du lac Ahémé |Pollution on Lake Aheme banks

  • le comblement du lac : entre 1991 et 1999, il a été remarqué que le lac se comble de 350 000 m3 par an (l’équivalent de 93 piscines remplies de sable) ;
  • la modification des mouvements périodiques des eaux du lac : causée par la construction du barrage Nangbéto (Togo) et la route de Guézin ;
  • la destruction des frayères : il s’agit particulièrement des zones de mangroves utilisées par les poissons pour pondre leurs œufs. Ces mangroves sont coupées pour préparer le sel.

Mngroves relics

Relique de mangrove sur le lac Ahémé |Mangroves’ relic on Lake Aheme

  • Le développement des méthodes de pêche destructrices (Acadja notamment).

Acadja, l'autre problème du lac AhemeAcadja

Acadja dans le lac Ahémé |Acadja inside the Lake Aheme

L’ensemble de ces facteurs de dégradations contribue à la baisse des populations de poissons (la quantité de poisson pêchée dans le lac a subi une baisse de 41% par rapport à son niveau de 1959 déjà en 1995*), l’augmentation de l’exode rural (92% de pêcheurs ont arrêté leur activité entre 2000 et 2009**) et l’exacerbation des conflits de gestion du lac. Autant de problèmes suscitant cette question : Sera-t-il toujours gai de voguer sur le lac Ahémé? La réponse à cette question viendra de nous tous. Alors que proposez-vous ?

It will be possible to fish in lake Aheme

Sera-t-il toujours possible de pêcher du poisson sur le lac Ahémé? |Will it be possible to catch fish inside the lake Aheme?

*Estimation basée sur les chiffres de la FAO et de la Direction Nationale des Pêches

**Stoop, Nik; Houssa, Romain; Verpoorten, Marijke (2013): To fish or not to fish? Resource Degradation and Income Diversification in Benin, LICOS Discussion Paper, No. 328 Continuer de lire « Sera-t-il toujours gai de voguer sur le lac Ahémé ? |Will it be cheerful to sail on Lake Aheme again? »

Publicités

Zones humides du Sud-Bénin : une richesse méconnue ?| Wetlands of South-Benin : an unknown wealth ?

Exutoire de cours d’eau majeurs (Ouémé [510 km], Mono [100 km], Couffo [190 km], etc.) et ouverture du pays sur l’océan Atlantique, les zones humides de la partie méridionale du  Bénin constituent une richesse naturelle inestimable, mais malheureusement Continuer de lire « Zones humides du Sud-Bénin : une richesse méconnue ?| Wetlands of South-Benin : an unknown wealth ? »

Aloha ʻĀina : « La planète à la croisée des chemins »/ Aloha ʻĀina : « The planet at the Crossroads »

Français

Non, elle n’a pas faire le tour des informations comme la pneumonie de Hilary Clinton. Vous n’avez pas entendu parler de lui comme la crise au Gabon. Mais du 1er au 10 septembre 2016, l’espèce humaine s’est réunie à Hawaii dans le cadre du Congrès Mondial de la Conservation de l’Union International pour la Conservation de la Nature pour réfléchir sur les choix à prendre pour préserver notre mère à tous, la Terre. À l’issu de cette rencontre historique, sept (7) défis dont la relève est nécessaire pour la conservation de la nature ont été identifiés. Continuer de lire « Aloha ʻĀina : « La planète à la croisée des chemins »/ Aloha ʻĀina : « The planet at the Crossroads » »